Alexis Rateau sublime la nature sauvage

11/02/2021

© Alexis Rateau

 

 

Le jeune photographe tourangeau Alexis Rateau fait le buzz sur Instagram, où près de 120 000 abonnés sont séduits par ses portraits d’animaux du fin fond des forêts tourangelles, comme de l’autre bout du monde.

 

 

A 28 ans, Alexis Rateau n’est pas un grand bavard, mais son regard clair s’illumine quand il s’agit d’évoquer sa passion pour la photo, qu’il développe sur Instagram depuis 2013.

 

Dans sa galerie virtuelle, se côtoient chevreuils, blaireaux, renards, martins-pêcheurs, ou cormorans de Touraine, aux côtés de tigres, guépards, ours ou paysages lointains. Un univers fascinant qui donnerait presque l’illusion de photos prises en studio, grâce à des astuces techniques qui détachent l’animal sauvage de son environnement naturel et lui confèrent une présence envoûtante.

 

https://www.instagram.com/alexisrateau

Saisir l’instantanéité du moment

 

Autodidacte, Alexis a appris à utiliser son appareil photo reflex en regardant les tutoriels sur internet. Nourri par ses nombreux voyages à l’étranger avec son père, il commence par aiguiser son regard sur l’architecture des villes et sur des paysages. Son attrait pour le design le conduit vers un BTS conception et réalisation de carrosserie à Niort, mais il se rend compte rapidement que sa passion est ailleurs.

 

Son terrain de jeu favori se trouve à portée d’objectif, autour de Lignières-de-Touraine où il habite. Alors qu’il accompagne son frère à la pêche sur les bords de Loire, il découvre un tronc d’arbre dans lequel niche une chouette, et la suit pendant plusieurs jours pour immortaliser l’instant fugace où elle regarde l’objectif. C’est le déclic : le blog “Graine de photographe” lui consacre alors une interview et booste sa visibilité de photographe animalier sur les réseaux sociaux.

© Alexis Rateau

 

 

Se fondre dans la nature

 

Pour entrer dans l’intimité des animaux, Alexis développe un grand sens de l’observation et une parfaite connaissance de leur mode de vie. Les empreintes, les coulées (traces de passage), les fientes sur les feuillages ou les chants des oiseaux sont autant d’indices de présence qui vont lui permettre de prévoir l’arrivée de l’animal, et se positionner au bon endroit, en tenant compte de la direction du vent. Parfois allongé à même le sol pour ne pas se faire repérer et ne pas déranger l’animal, il fabrique artisanalement son propre affût avec des branches et un filet de camouflage.

 

“Maintenant, je sais exactement à quel moment je vais obtenir la photo parfaite. Je me positionne 2h30 avant le coucher du soleil et j’attends que l’animal vienne vers moi”.

 

Le chasseur d’image met sa patience à rude épreuve, mais les heures d’attente sont vite oubliées quand vient l’adrénaline, “le moment où le cœur s’emballe, cet instant fugace où il plonge son regard dans celui de l’animal et entend le clic-clac de l’appareil.”

 

 

Influenceur exigeant

 

Perfectionniste, Alexis choisit rigoureusement les photos qu’il publie, tout comme il sélectionne les marques qui le sollicitent pour signer des contrats de partenariat. Le jeune influenceur commence à vendre quelques tirages auprès de sa communauté de fans, et conçoit lui-même sa boutique en ligne.

 

Dès qu’il aura suffisamment de portraits animaliers, il rêve de faire une exposition. Mais ce qui le fait vibrer, ce sont ses projets de voyage en Namibie, au Vietnam, au Japon, ou en Chine. Épris de liberté, il se tient prêt à partir, dès que les conditions sanitaires le permettront, et rêve de vivre en Asie.

 

Mais pas question de photographier les spots touristiques où tous les clichés se ressemblent : Alexis recherche uniquement des lieux sauvages, à son image.

© Alexis Rateau

© Alexis Rateau

© Alexis Rateau