Des familles de cœur pour sauver des enfants

03/09/2019

Depuis 1996, l’association Mécénat Chirurgie Cardiaque permet à des enfants issus de pays défavorisés et atteints de malformations cardiaques d’être soignés en France. Maillons essentiels de cette chaîne de solidarité, 25 familles tourangelles bénévoles accompagnent ces enfants avant, pendant et après leur intervention à l’hôpital Clocheville. Parmi elles, Sollene et Pierre-Emmanuel Muniesa ont accueilli Saidatou, une jeune fille de 15 ans originaire du Burkina Faso, atteinte d’une CIV (Communication Inter Ventriculaire).

 

 

« Tout va bien, Saidatou peut rentrer chez elle ! » C’est le soulagement pour Sollene Muniesa qui revient tout juste de l’hôpital Clocheville, où elle avait rendez-vous pour la dernière consultation post-opératoire. Avec son mari Pierre-Emmanuel, ils ont préféré accueillir un enfant malade cet été, plutôt que de partir en vacances : « Nous avions envie d’ouvrir notre foyer et de contribuer à une chaîne de solidarité, donner du temps et de l’amour… Nous avons rencontré Sourrazeh Jollet, la référente tourangelle de l’association Mécénat Chirurgie Cardiaque, et ça a été le coup de cœur ! »

 

Sollene Muniesa, Saidatou et Pierre-Emmanuel Muniesa

« C’est notre enfant pendant deux mois ! »

 

Elle, formatrice en entreprise, lui, ingénieur en informatique, le couple a réparti ses congés pour se rendre disponible 24h/24 et 7 jours/7 pendant huit semaines, la période nécessaire pour accueillir un enfant pendant son séjour en France. Leur aventure estivale a commencé début juillet à la gare de Saint-Pierre-des-Corps, où ils ont rencontré pour la première fois Saidatou, prise en charge depuis Ouagadougou par un bénévole d’« Aviation sans frontière ».

« Nous avons eu un petit temps d’apprivoisement avant l’opération, nous nous sommes adaptés au rythme de Saidatou et elle s’est intégrée dans notre foyer », se souvient Pierre-Emmanuel. Saidatou parle français, mais ce n’est pas toujours le cas, car les enfants viennent du monde entier. Ils développent alors avec leur famille d'accueil un mode de communication qui va bien au-delà de la barrière de la langue.

 

 

Par le biais de l’association, des nouvelles et des photos sont transmises régulièrement à la famille de l’enfant. « Ce qui est agréable, c’est d’être responsable de Saidatou à 100 %, sans aucun lien direct avec sa famille, témoigne Sollene. Comme ça, nous nous concentrons uniquement sur son bien-être et sur son suivi médical. C’est notre enfant pendant deux mois : on passe des journées à l’hôpital, comme des vrais parents. Nous sommes son unique point de repère. » Pierre-Emmanuel poursuit avec enthousiasme : « Au niveau médical, tout est parfaitement rôdé : nous avons un accueil suivi à l’hôpital, avec les chirurgiens Dr Neville et Dr El Arid, ainsi que toute l’équipe de cardio-pédiatres dirigée par le Dr Lefort. Tout le monde s’inscrit dans cette chaîne de solidarité, nous faisons chacun notre petite part, tous liés autour du destin de Saidatou ! »

 

« Devenir famille d’accueil, c’est vraiment très facile ! »

 

Au-delà d’une intervention chirurgicale vitale, c’est aussi une belle aventure humaine qu’ont vécu Saidatou et sa nouvelle famille de cœur : « Nous lui avons fait de la cuisine française et elle nous a préparé des plats africains. Nous lui avons appris à jouer aux dames et à coudre… ça pourra lui être utile dans son pays. Nous lui avons aussi offert des lunettes, ce n’est pas grand-chose pour nous ». Avec un cœur tout neuf, Saidatou s’apprête à repartir au Burkina Faso, où elle pourra désormais « faire du sport, du vélo… des choses simples qu’elle n’avait jamais faites avant. » Enchantés par leur expérience, Sollene et Pierre-Emmanuel comptent bien accueillir d’autres enfants : « Devenir famille d’accueil, c’est vraiment très facile : tout est parfaitement bien organisé par l’association, ça se passe comme sur des roulettes ! ».

En deux mois, une complicité attendrissante s’est installée entre l’adolescente timide et le couple. Entre petits fous rires et mots chuchotés dans le creux de l’oreille, Pierre-Emmanuel confie avec émotion : « Nous avons passé un été formidable. Nous ne sommes pas partis, mais cette expérience humaine est bien plus enrichissante que des vacances ! Nous nous sommes sentis utiles, nous avons sauvé la vie de Saidatou et ça, c’est un grand bonheur ! ».

 


Un besoin urgent de nouvelles familles


Depuis avril 2008, 128 enfants ont été opérés à l’hôpital Clocheville grâce à Mécénat Chirurgie Cardiaque. Sourrazeh Jollet, la référente tourangelle de l’association qui coordonne et assure le suivi des familles, lance un appel : « Nous avons un besoin urgent de nouvelles familles d’accueil car nous prévoyons d’opérer 19 ou 20 enfants cette année, soit le double de l’année dernière... »

Contact : Sourrazeh Jollet : 06 33 96 76 31 – sourrazeh@yahoo.fr