2024 : une nouvelle école maternelle Jean de la Fontaine

11/06/2021

Le parvis de l’école et le city stade. © a/LTA/FAAR/SPECTRUM

L’établissement, construit en 1968, sera démoli en 2022 pour une ouverture attendue début 2024. L’implantation bioclimatique permettra de se protéger des aléas du climat et de profiter de ses bienfaits.

 

L’école élémentaire voisine avait déjà été reconstruite pour la rentrée scolaire 2014. L’école maternelle accueille actuellement 103 élèves dans 4 classes sur 580 m². Faute d’espace disponible, l’une d’elles est installée dans l’école élémentaire. La reconstruction prévoit la création d’une école de 5 classes, d’un restaurant scolaire pour la maternelle et l’élémentaire, un accueil périscolaire et de fonctions mutualisées, un city stade, une cour de récréation végétalisée. L’ensemble s’étendra sur 1 870 m² pour un coût global de 7,56 millions d’euros.

Le calendrier du projet © Ville de Tours

Plusieurs élus sont mobilisés autour du Maire sur ce projet selon leurs délégations. Ici, la présentation à la presse vendredi 4 juin. © Ville de Tours/François Lafite

La municipalité a souhaité que ce chantier soit exemplaire et représente la première pierre d’un plus vaste projet d’écoles en transition (lire encadré).

 

Plusieurs élus et services municipaux, présents à la présentation du projet à la presse vendredi 4 juin, sont mobilisés autour du Maire Emmanuel Denis pour ce projet : Cathy Savourey, adjointe déléguée à l’urbanisme et aux grands projets, Franck Gagnaire, adjoint délégué à l’éducation, Betsabée Haas, adjointe déléguée à la biodiversité et à la nature en ville, Martin Cohen, conseiller municipal délégué à la transition énergétique et aux bâtiments communaux sans oublier Thierry Lecomte, adjoint au quartier Tours nord-est, Bertrand Renaud, adjoint au quartier de Tours nord-ouest et Christine Blet, conseillère municipale déléguée au quartier de Tours nord-ouest.

L’architecte retenue par la Ville de Tours pour ce projet est Gwenaëlle Le Chapelain, du cabinet a/LTA (Rennes). L’implantation bioclimatique de la future école permettra de se protéger des aléas du climat (notamment en période de fortes chaleurs) et de profiter de ses bienfaits. Chaque entité (enseignement, restauration, moyens communs) sera implantée stratégiquement pour répondre aux attentes fonctionnelles du programme. L’orientation des bâtiments permettra une optimisation des apports lumineux. La proximité des arbres et les débords de toitures sont exploités pour offrir une protection du rayonnement solaire dans les situations les plus défavorables. Souvenez-vous ! Jeudi 27 et vendredi 28 juin 2019, 13 écoles (dont la maternelle Jean de la Fontaine) et 7 crèches de Tours avaient dû fermer leurs portes pour cause de canicule (plus de 40 °c).

Une cour d’école végétalisée et dont le revêtement en béton peluché facilite l’absorption des eaux de pluie et limite l’effet « four solaire ». © a/LTA/FAAR/SPECTRUM

L’accueil de l’école maternelle. © a/LTA/FAAR/SPECTRUM

La reconstruction se veut écoresponsable (matériaux biosourcés) avec des structures et des façades en bois, l’utilisation de caissons en bois avec un isolant en paille et un bardage en bois. La ventilation naturelle sera privilégiée avec une ventilation mécanique qui assurera une récupération d’énergie. La surface et le dimensionnement raisonnés du vitrage selon l’orientation, avec des protections solaires, favorisera la régulation thermique.

 

L’architecture privilégiera un juste équilibre entre l’éclairage intérieur et la luminosité extérieure.

Plusieurs effets bénéfiques sont attendus grâce à ces choix architecturaux : un gain de rejet Co2 supérieur à 10 tonnes par an, des classes tournées vers la cour arborée, un chauffage par rayonnement et une ventilation permanente, une lumière naturelle généreuse, une protection du rayonnement solaire par des brise-soleils, des stores et une limitation de la chaleur grâce à la cour arborée, l’utilisation de copeaux de bois pour la cour et la plantation d’arbres à hautes tiges, le remplacement du bitume par un béton peluché de couleur claire, aérant, drainant et perméable.

11 écoles rénovées ou reconstruites d’ici 2027

 

Le chantier de l’école maternelle Jean de la Fontaine est le premier d’une série qui va s’étaler jusqu’à la fin du mandat. 73 millions d’euros TTC seront en effet consacrés à la rénovation, la démolition et la reconstruction de 11 écoles avec un taux de subvention d’au moins 53 % (38,52 millions d’euros). Les chantiers sont lancés sous la maîtrise d’ouvrage publique pour trois écoles dont les études sont lancées : maternelle Jean de la Fontaine, élémentaire Claude-Bernard, primaire Camus-Maurois. Pour les 8 autres écoles, la Ville de Tours va profiter d’un dispositif réglementaire appelé « marchés globaux de performance », qui présente le double avantage d’accélérer la rénovation et la reconstruction d’écoles (regrouper la conception et la réalisation) tout en augmentant de façon significative la performance environnementale des bâtiments traités (challenger les entreprises et fixer des objectifs de performance avec des pénalités incitatives).

 

Quatre écoles seront concernées par une opération de rénovation énergétique : l’école primaire Gustave Flaubert, l’école élémentaire Giraudoux, les écoles maternelle et élémentaire Arthur Rimbaud. Quatre écoles sont concernées par une opération de démolition, de reconstruction et d’extension : l’école maternelle Marie-Curie, l’école maternelle Kleiber, l’école maternelle Mermoz et l’école élémentaire Maryse-Bastié.

 

En savoir plus sur les grandes orientations de la municipalité

 

L’école élémentaire Maryse Bastié. © Ville de Tours / Vanessa Liorit

L’école Gustave Flaubert. © Ville de Tours / Vanessa Liorit

L’école élémentaire Jean Giraudoux. © Ville de Tours / Vanessa Liorit